mercredi 15 avril 2009

J'achète un appareil photo

Je dois reconnaître une certaine satisfaction qui nécessiterait l’absorption de quelques pintes fraiches. Vous ai-je dit que j’avais enfin reçu l’héritage annoncé de l’oncle Gérard ? Je dis « enfin » en constatant les délais des différentes procédures, il est évidemment que je n’attendais pas cet héritage, j’avais trop d’admiration pour l’oncle Gérard, sauf quand il chantait « Le temps des cerises » à la fin des repas. Ce vieux réactionnaire qui nous a initiés aux joies de la réaction pensait qu’il s’agissait d’une chanson d’Yves Montant.
J’avais promis à l’Irremplaçable de lui offrir un nouvel appareil photo afin qu’elle puisse apporter encore plus de plaisir aux visiteurs de son blog.
Nicolas m’avait parlé d’un excellent photographe au Kremlin-Bicêtre et j’ai profité de l’occasion pour y « trainer » Catherine ! Elle était aux anges. Pensez-donc ! Ce n’est pas tous les jours que je « fais » les magasins avec elle. « Faire les magasins ». Cette expression est grotesque.
Elle a été très surprise de constater la beauté de ce grand commerçant noir, en légère surcharge pondérale, vu de dos surtout.
Il a été parfait. Outre sa distinction naturelle, il a pu répondre parfaitement aux besoins de l’Irremplaçable en lui vendant pour 20 euros un logiciel de retouche de photographie. Sa démonstration m’a convaincu : pour un appareil photo numérique de forte capacité (7 Go, comme celui de Catherine), seule la vitesse d’obturation peut avoir intérêt dans les scènes vaguement nocturnes, tous les autres réglages peuvent être faits par la suite.
Ce type d’appareils photos numériques à une telle capacité qu’il permet d’opérer des zooms a posteriori tout en conservant une qualité d’image dépassant largement la capacité des écrans de nos écrans… et même de nos yeux, y compris quand elles sont imprimées en « A3 ».
Ensuite, un petit logiciel suffit pour simuler un réglage différent, bien installé devant l’ordinateur à qui sont principalement destinées ces photographies, à corriger les cadrages, …
Heureusement, l’Irremplaçable n’a pas reconnu le vendeur qui n’était autre que Tonnegrande qui s’était rasé pour passer incognito.  

6 commentaires:

Didier Goux a dit…

Malheureusement, l'oncle Gérard tarde un peu à mourir, ces temps-ci...

Nicolas a dit…

Ca nous laisse le temps de peaufiner le scénario...

Catherine a dit…

Laisse, je vais me débrouiller toute seule pour magasiner MON appareil photo. Et oublie tout ce que peut te raconter ton pote de bistro ! Vous faites une belle paire de "branleux", tiens !

Nicolas a dit…

Catherine,

Faut bien essayer !

Dorham a dit…

"Ce n’est pas tous les jours que je « fais » les magasins avec elle. « Faire les magasins ». Cette expression est grotesque."

Il est fort ce Didier Goux !

Nicolas a dit…

Très fort.